12.12.2016 – Soutenance de thèse de Chiara Citron à l’Université de Lille 3

Lundi 12 décembre 2016 à 9H30

Chiara CITRON soutiendra sa thèse intitulée :

Imaginaire de la crise dans l’œuvre en prose d’Alphonse Daudet. Sous la direction d’Andrea DEL LUNGO, Professeur à l’Université de Lille 3.

Laboratoire : ALITHILA

Lieu : Maison de la Recherche – Salle F0.13

Le jury comprendra :

  • Monsieur Andrea DEL LUNGO, Professeur à l’Université de Lille 3. Directeur de thèse
  • Madame Gabrielle MELISON-HIRCHWALD, Maître de conférences-HDR à l’Université de Lorraine.
  • Madame Anne-Simone DUFIEF, Professeure émérite à l’Université d’Angers
  • Monsieur Vincent JOUVE, Professeur à l’Université de Reims

Résumé de la thèse :

Cette thèse prend pour objet l’ensemble de l’œuvre en prose d’Alphonse Daudet pour rendre compte des multiples aspects qu’y assume le thème de la crise, cette dernière étant entendue moins comme un concept philosophique que comme le noyau fédérateur d’une représentation de l’histoire, articulant le domaine social et la sphère privée, largement redevable d’un imaginaire d’époque. L’analyse s’articule autour de trois axes principaux : d’abord, la composante historicisée de la crise, que favorise l’ancrage temporel propre au daudétien, est étudiée dans sa dimension chronologique, en relation aux événements marquants de l’époque, telles que la guerre de 1870, la Commune, le parlementarisme. Dans un deuxième temps, la problématisation de la quête identitaire et de la saisie idéologique des personnages permet de déceler les ressorts d’une crise se manifestant à l’intérieur du domaine privé, pour glisser progressivement vers la scène sociale. L’étude d’un personnage tel que l’artiste–écrivain fonctionne ainsi comme medium dans la représentation de ce passage qui aboutit, dans les romans daudétiens à une forme de nihilisme propre à la fin de siècle qui réactive l’héritage schopenhauerien et les théories darwiniennes. Une importance particulière a été accordée au microcosme familial : l’hypothèse que cette institution sociale fonctionne comme espace privilégié d’inversion des valeurs a été démontrée à l’aide d’une analyse méthodique des fonctions thématiques de l’enfant et son parcours de formation, ainsi que du rôle de la mère et du père. La prise en compte de l’enjeu de la filiation et de l’institution du mariage a corroboré l’hypothèse consistant à considérer la famille comme un terrain potentiel du dysfonctionnement sur le plan privé, paradigmatique d’une crise de valeurs qui traverse les rôles sociaux.